Femme russe : mentalité

Femme russe mentalité

Femme russe mentalité : L’image de la femme russe

De l’époque de la guerre froide aux années 1970, l’image de la femme russe dans les médias était peu flatteuse: pas assez féminine, pas très belle et en surpoids, avec un caractère plutôt difficile, triste etc. contrairement à l’image du sexy, mince, très belle femme américaine avec un caractère sympathique et une excellente mère. Il s’agit avant tout de propagande politique et ne reflète absolument aucune réalité.

Puis la Russie s’est ouverte au monde, et tout à coup, grâce à la magie d’Internet, le miracle a eu lieu: l’image de la femme russe et la mentalité dans le monde est passée de celle d’une dodue très aigrie à celle d’un endossement de mannequin ayant tous les qualités du monde. Toujours une histoire de propagande, mais d’un autre type celle-ci: c’est maintenant de la propagande économique.

Les sites de rencontres internationales

Les rencontres internationales sont devenues une véritable industrie, générant chaque année des centaines de millions d’euros de bénéfices dans le monde. Plus soucieuses de dresser un tableau idéal que de révéler la véritable personnalité des femmes russes et ukrainiennes, les agences matrimoniales cherchent avant tout à «rassurer» leur clientèle masculine et à leur dire ce qu’elles veulent faire entendre: nous vous le dirons ainsi que Les femmes slaves sont merveilleusement « agréables » à voir soumises, intelligentes et sociables mais ne cherchent pas à faire carrière, sans ambitions, leur rêve le plus cher étant de faire le ménage toute la journée et de s’occuper des enfants … bref, un autre l’image à l’opposé de la réalité. Et il fonctionne !

Les femmes russes et ukrainiennes attirent désormais des hommes du monde entier comme des « aimants », des clubs de rencontres internationaux se multiplient, profitant d’un manque total de réglementation dans ce domaine.
Le revers de cette intense «commercialisation» (car inévitablement toute campagne de promotion intense finit par «ennuyer») est l’autre image que les médias donnent des femmes orientales: des femmes cherchant avant tout à fuir la misère de leur pays et qui finissent soit des prostituées, ou « chercheuses de diamants » à la recherche d’hommes millionnaires (avec un divorce rapide comme objectif principal pour encaisser le « jackpot »).

Femmes russes et ukrainiennes nées avant 1970

Les parents et les grands-parents de ces femmes russes et ukrainiennes ont vécu la Seconde Guerre mondiale et sa part d’atrocités. Cette guerre est encore dans les mémoires de nombreux Russes. De nombreuses femmes qui ont perdu leur mari pendant cette guerre ont dû élever seules leurs enfants, qui connaissaient donc à peine leur père. L’âge moyen pour avoir le premier enfant était en Russie / Ukraine, à cette époque, de 20 à 24 ans; les parents ont très rarement eu un deuxième enfant.
Ces «enfants de guerre» sont donc les parents de femmes russes nées avant 1970. La vie était alors très difficile et ces jeunes parents devaient beaucoup travailler pour gagner un maigre salaire. Les mères ne pouvaient pas rester à la maison pour s’occuper des enfants et devaient travailler pour gagner leur vie. Comme tout le monde travaillait, il était très difficile de trouver quelqu’un pour les garder. En tout cas, même s’ils trouvaient une baby-sitter, les parents n’avaient pas les moyens de payer pour cela. Heureusement, il y avait de nombreuses crèches presque gratuites. De 2 à 4 ans, la majorité des enfants étaient en crèche.

Les petites filles russes


Dès l’âge de 6 ans, les parents laissent généralement leurs enfants sortir pendant qu’ils sont au travail: ils leur laissent les clés de l’appartement pour qu’ils puissent entrer et sortir à leur guise.
A 7 ans, c’est le début de la scolarité: c’est l’époque du communisme et de l’Union soviétique. Chaque enfant faisait partie d’une organisation politique pour les jeunes enfants appelée Octyarbryenok (en français les enfants de la révolution d’octobre). C’était une organisation particulière au sein du système scolaire. La religion était bien sûr interdite. Chaque enfant devait porter sur son manteau, sur le côté gauche près du cœur, une petite étoile rouge avec à l’intérieur du visage de Lénine quand il avait 7 ans. Les enfants devaient porter cette étoile en permanence et celui qui dérogeait à cette règle était sévèrement puni par le « comité politique scolaire », composé de jeunes écoliers élus par leurs camarades et dont le rôle était d’assurer l’application de la réglementation. politique scolaire. L’endoctrinement était total.

À l’âge de 10 ans


À l’âge de 10 ans, des enfants avec de bons résultats scolaires et un « comportement » impeccable sont devenus des « pionniers » (concept proche de celui des scouts, version communiste). Les pionniers devaient porter une petite écharpe rouge autour du cou quand ils allaient à l’école: ils devaient attacher cette écharpe d’une certaine manière, sinon méfiez-vous des punitions. Les enfants étaient généralement très fiers d’être devenus des «pionniers». Ils ont grandi en apprenant à adorer Lénine et l’idéologie communiste.
A 14 ans, une nouvelle étape de l’endoctrinement idéologique appelée Comsomolets. Tout le monde devait être athée et adhérer pleinement au système communiste pour devenir Comsomolets Les enfants de 14 ans ou plus qui étaient contre l’idéologie communiste et / ou les croyants ont été rejetés par le comité politique de l’école et ne pouvaient pas être des comsomolets, ce qui signifiait pour eux l’impossibilité d’accéder à l’enseignement supérieur et de grandes difficultés à obtenir un emploi plus tard. Les enfants n’étaient ni catholiques, ni juifs, ni musulmans, ils devaient être « pionniers » à 10 ans et « comsomolets » à 14 ans. Les enfants ne savent pas ce que peut être la religion, d’autant plus que leurs parents sont souvent eux-mêmes athées (ou du moins cachent leurs convictions religieuses), le Parti communiste prenant soin de détruire les lieux de culte et de « chasser » les croyants.

Femme russe de 18 ans


A partir de 18 ans, dernière étape: devenir membre du Parti communiste et recevoir votre « ticket du Parti communiste », un véritable certificat délivrant

Mentalité de la femme de Russie et d’Ukraine

En Russie et en Ukraine, les filles célibataires de plus de 25 ans ont souvent la réputation d’être des « vieilles filles » et sont souvent victimes de moqueries de toutes sortes. Être célibataire de plus de 25 ans est parfois difficile à vivre en Russie. Malgré les profonds changements de mentalité intervenus en Russie et en Ukraine ces dernières années, ce type de jugement à l’égard des filles célibataires reste très courant. Même s’il est moins marqué que par le passé.
Elles savent parfaitement qu’aux yeux des étrangers ce ne sont pas des « vieilles filles », au contraire !! Elles se sentent très désirables et comprennent parfaitement que leur jeunesse est un atout majeur vis-à-vis des messieurs occidentaux plus âgés qu’eux. Les femmes russes ne se jetteront pas sur le premier homme qui leur écrira car elles sont sélectives et accorderont leurs préférences aux messieurs ayant une situation financière stable.
Ces femmes célibataires russes sont les plus motivées à épouser un étranger. Les femmes de l’est ont une certaine maturité et une bonne expérience de vie. Elles sont assez pragmatiques et savent bien gérer leur relation avec un étranger, dans un pays qui leur est inconnu.

Les filles slaves sont moins attachées à leur statut social que les femmes nées avant et sont moins matérialistes que les filles russes nées après 1990. Elles sont cependant beaucoup plus sélectives et savent exactement ce qu’elles veulent.

Changement de mentalité des femmes russes et ukrainiennes


Ces filles russes et ukrainiennes sont nées un peu avant la perestroïka et étaient donc de petits enfants lorsque les grands changements politiques et sociaux ont commencé à bouleverser la Russie: on les appelle les enfants de la perestroïka. Et ce sont les enfants de femmes nées entre 1960 et 1970.

La mentalité des femmes russes est un peu différente.

Les gens luttaient chaque jour pour survivre et les mères n’avaient pas les moyens d’acheter des jouets ou des vêtements pour leurs enfants, les aliments pour bébés étaient très rares; cette situation économique très difficile a brisé de nombreux couples. Ces filles russes nées entre 1980 et 1990 ont donc eu une enfance assez difficile et ont été privées de presque tout ce qui compose la vie quotidienne d’un enfant occidental. Ces petites filles russes, âgées de 7 à 10 ans, faisaient la queue devant les magasins avec leur mère pour échanger leurs tickets de rationnement contre une petite barre de beurre et un petit sac de farine … Toutes les deux heures, un responsable appelait devant le magasin, et il fallait absolument répondre présent sous peine d’être rayé de cette liste. L’attente a duré une demi-journée, devant ces magasins presque vides. Lorsqu’il fallait acheter une grande quantité de nourriture pour les vacances, chaque membre de la famille faisait la queue devant différents magasins pour se procurer quelques cuisses de poulet surgelées …

Sous la propagande communiste


Comme leurs parents avaient grandi sous la propagande communiste, elles ne savaient rien de la religion et n’avaient aucune idée de ce à quoi pouvait ressembler la vie dans un pays occidental comme la France.

Elles ont vu leurs parents se fatiguer chaque jour de vivre dans ces conditions très difficiles, ces derniers étant généralement incapables de leur expliquer la raison de tous ces changements dans leur vie quotidienne.

Les idéaux et les modèles se sont effondrés autour d’eux, il n’y avait plus d’exemples de personnes qui avaient terminé leurs études avec succès et qui pouvaient en bénéficier: de nombreux ingénieurs, médecins et autres professionnels très talentueux n’étaient plus payés par l’État pendant des mois ou avaient perdu leur emploi.
En même temps, une nouvelle catégorie sociale est apparue; des personnes influentes du Parti communiste ont fait fortune très rapidement sur le «dos de la bête», pillant les ressources énergétiques et la richesse des premiers. URSS: on les appelait « les nouveaux riches ».

À l’exception de cette poignée de Russes, la majorité de la population a sombré dans l’extrême pauvreté, sans nourriture, travail, vêtements …
Depuis cette période sombre, ces femmes ont pris une soif de vengeance extraordinaire: elles ne veulent pas revivre ce que leurs parents ont vécu, elles ont de grandes attentes quant à leur avenir.
Si vous êtes attiré par les femmes russes nées entre 1980 et 1990, sachez qu’elles sont plus matérialistes que leurs aînées. Elles rêvent d’un grand amour, bien sûr, mais elles rêvent aussi d’avoir une voiture, de voyager, etc.
Allez-vous croire ces agences de rencontres qui vous disent qu’une simple promenade (sans rien acheter !!) dans un hypermarché fera le bonheur de votre jeune femme?
Avant d’envisager sérieusement un mariage avec une femme russe, vous devez lui expliquer certains principes « économiques » que vous semblez éviter.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp